Collaborer avec des pigistes : comment bien le faire ?

Posted on mars 27, 2017 par

4



Les appels aux pigistes se multiplient dans les entreprises du domaine des communications ou même dans les entreprises commerciales qui souhaitent tirer profit des nouveaux médias.

Employer ces travailleurs sans patrons pour participer à différents projets est parfois nécessaire quand il n’y a pas de ressources à l’interne. C’est aussi une façon de déléguer certaines tâches pour se consacrer à d’autres. Et plus simplement, c’est agrandir son équipe avec de nouveaux talents. En leur accordant cette confiance, on laisse du même coup un regard complémentaire se poser sur son projet. Un regard souvent créatif et innovateur.

Qui sont ces pigistes ?

De nombreux travailleurs du monde des communications, du web, du marketing, du graphisme ou des arts se tournent vers la pige par choix. Le désir de flexibilité est d’ailleurs le moteur du travail autonome.

Q37_motivation_sexe

Données récoltées auprès des travailleurs autonomes du réseau professionnel Agent Solo qui a plus de 35 000 membres.

Screen Shot 03-27-17 at 05.53 PM

Portrait type dressé suite à une enquête auprès des membres du réseau professionnel Agent Solo.

 

Les pigistes qui cumulent plusieurs années dans leur domaine d’expertise sont d’ailleurs plus nombreux qu’on peut le croire si on se fit au portrait type dressé par le réseau professionnel de travailleurs autonomes Agent Solo. De quoi défaire quelques idées préconçues sur le manque d’expérience.

Il faut aussi savoir que la risque d’un travail insatisfaisant, voire bâclé, n’est pas impossible, mais peu probable. Les travailleurs autonomes dépendent de leurs collaborations pour aspirer à continuer de se démarquer auprès de vous et des autres entreprises. Chacune de leurs collaborations est aussi leur carte de visite.

Bien collaborer : les 5 règles d’or

Le pigiste a des devoirs et responsabilités à votre égard : la qualité, les attentes, les échéances. L’exercice n’est toutefois pas à sens unique. Quelques gestes simples de votre part permettent d’optimiser le succès de cette collaboration.

  1. Communiquer ses attentes avec précision. Le pigiste qui n’a pas assisté à votre brain storm et vos rencontres d’idéation de projet travaillera à partir de vos consignes. Celles-ci doivent donc être claires, rassembler les points importants et contenir une explication du but recherché. Même si vous désirez lui laisser de la place pour sa créativité, un mandat précis lui sera toujours utile.
  2. Établir un dialogue. Tenir le pigiste au courant des étapes du projet et des prévisions le concernant est non seulement pratique pour lui, mais vous évitera des attentes irréalistes. Développer un lien de confiance et une ouverture aux interrogations pourrait éviter bien des ennuis. Il doit sentir qu’il peut s’adresser à vous.
  3. Créer un esprit de collaboration. Après une collaboration satisfaisante, pourquoi ne pas le signifier et répéter l’expérience afin de tisser un véritable lien? Plus simplement, répondre aux offres d’un travailleur autonome avec lequel vous avez collaboré, même si c’est pour lui refuser, est un geste de considération. L’ignorer complètement vous fera peut-être perdre un précieux allié quand vous en aurez besoin.
  4. Payer à la juste valeur. Si vous voulez obtenir du travail de haute qualité, il ne faut pas voir le pigiste comme un employé à rabais qui ne sert qu’à économiser des coûts. Accorder un tarif intéressant, c’est vous assurer d’avoir des collaborateurs heureux et dévoués. D’ailleurs, le payer à sa juste valeur c’est aussi lui remettre son dû dans un délai raisonnable de 30 jours maximum…
  5. Ne pas tirer leur métier vers le bas. Offrir le moins possible à celui qui sera prêt à tout pour un mandat? Tentant. Les pigistes sont certes en compétition, mais ils ont aussi généralement une belle solidarité entre eux. Une entreprise pourrait se voir étiquetée d’une mauvaise réputation auprès des associations et regroupements qui rassemblent les travailleurs les plus sérieux. Et vous ne voulez pas ça!

 

Références :

Agent Solo, « Travail autonome au Québec: les femmes gagnent moins que les hommes, beaucoup moins », [En ligne], page consultée le 27 mars 2017

Kerry Knapp, « Le travail autonome : est-ce vraiment payant? », Monster Worldwide In., [En ligne], page consultée le 26 mars 2017

 

Advertisements