La créativité au service de la gestion de projet ou l’inverse?

Posted on mars 15, 2016 par

0


Pages jaunes

D’emblée, nous sommes portés à penser que la créativité et la gestion de projet ne peuvent aller de pair. Pourquoi? Pour répondre à cette question, regardons d’abord quelques bribes de définitions :

Gestion de projet : démarche visant à organiser de bout en bout le bon déroulement d’un projet. […] un projet aboutit dans un triangle représentant l’équilibre qualité-coût-délai (QCD).
(réf : Wikipédia)

Créativité : décris la capacité d’un individu ou d’un groupe à imaginer ou construire et mettre en œuvre un concept neuf, un objet nouveau […]. (réf. : Wikipédia)

Innovation : principe général lié aux capacités du cerveau humain à créer ou trouver des solutions nouvelles […]. (réf. : Wikipédia)

D’un côté, avec la gestion de projet, nous faisons appel à des notions de méthodologie, d’organisation et de planification. Par ailleurs, les technologies de l’information, l’ingénierie, pour ne nommer que ceux-là, constituent des domaines où les méthodes de gestion de projet sont intégrées depuis longtemps à la réalisation de projets. Bien qu’il s’agisse de secteurs plutôt rationnels, tangibles et méthodiques, nous les savons également innovateurs et créatifs.

De l’autre côté, l’innovation et la créativité font plutôt référence aux nouveaux concepts et idées et à l’originalité. En communication, ces éléments sont bien souvent confiés aux « créatifs » d’agences. Ils appellent un côté artistique qui s’apparente difficilement avec la rigueur du processus de gestion de projet.

C’est du moins cette perception que j’ai pu constater au sein de l’entreprise pour laquelle je travaille, une société d’État québécoise, où un bureau de projet a été implanté il y a quelques années. Les réticences étaient nombreuses et les différents contributeurs du bureau de projet avaient l’impression que la méthode ferait de l’ombre à la créativité.Gestion-de-projet-web

La créativité doit d’abord et avant tout répondre à un besoin et aux objectifs identifiés par le propriétaire du projet. Cela est évident dans l’exemple démontré ci-dessus. Un autre exemple qui prouve cette théorie c’est celui des Pages jaunes avec la campagne de la fléchette jaune en 2008-2009. Bien que celle-ci ait remporté le prix GOLD au prestigieux concours Canadian Innovation Awards Show, en plus d’une médaille de bronze à Cannes, la campagne n’a pas atteint les objectifs d’affaires de l’entreprise. Or même si elle a créé un énorme buzz et a permis d’augmenter les visites uniques sur yellowpages.ca de 18 % par rapport à l’année précédente, l’agence a perdu le compte, faute d’avoir accompli la mission qui lui avait été confiée.

Pages jaunes

En somme, que ce soit l’idée qui vienne en premier ou dans le cadre du processus de gestion de projet, les deux aspects se marient parfaitement et ont avantage à être au service l’un de l’autre afin d’éviter des cas comme ceux illustrés précédemment. Après tout, les idées ne viennent pas toutes accidentellement, avec un haut potentiel de succès, comme le cas du post-it de 3M. Et encore, le succès généré avec cette invention n’est sûrement pas étranger à la gestion de projet!

Par  Isabelle Bouchard

Posted in: Uncategorized