Être créatif ET fonctionnel en gestion de projet, c’est possible?

Posted on mars 15, 2015 par

1


Si vous êtes un fin communicateur, vous savez que les mots « créativité » et « fonctionnalité » vont de pair dans tout bon projet de communication, malgré leur sens aux antipodes.

Résultat : en bon gestionnaire de projet, vous êtes constamment tiraillés entre ces deux notions. Devez-vous miser sur la création et sortir des sentiers battus pour attirer l’oeil? Ou choisirez-vous plutôt de compter sur l’aspect technique, afin d’avoir un livrable fiable, qui assurera la fidélité de vos clients actuels?

Et si je vous disais qu’il est possible de faire les deux à la fois?

Le design thinking, ou comment créer un chaos organisé

Le design thinking est une approche adoptée par des acteurs aussi variés que le milieu de la santé, un journal local de San Diego et l’entreprise Airbnb. Leur principale philosophie? On pourrait la résumer en cette phrase : « Le design ne doit pas servir purement à l’esthétisme d’un produit : il doit s’articuler en amont afin de répondre efficacement aux besoins et aux désirs des consommateurs. »

Bref, en vous centrant sur le besoin de votre client (ou, en communication, de votre public cible), vous vous assurez que votre projet répond bel et bien à un besoin existant. Vous pourrez ainsi concentrer votre créativité non pas sur la meilleure manière de vous distinguer, mais bien de combler ce besoin.

Même s’il n’existe pas de recette exacte, je vous propose deux astuces pour insuffler un peu de design thinking à vos pratiques de gestion de projet :

1) Faites participer votre public cible grâce au tri par cartes

Le design thinking encourage une interaction directe avec son client. Sans ce contact, impossible de comprendre comment répondre à ses besoins, qu’ils soient émotifs ou rationnels.

Le tri par cartes est un exercice efficace lorsque vous avez beaucoup d’information à organiser (par exemple, l’arborescence d’un site Internet, ou la création d’un tutoriel). L’idée est simple : disposez sur des cartons les grandes catégories de l’information que vous souhaitez structurer. Demandez ensuite à des gens qui pourraient être votre public cible de trier les cartons dans des catégories qui lui paraissent logiques. Répétez l’opération afin de voir si des tendances se dessinent. Vous pourriez être surpris d’à quel point leur logique diffère de la vôtre!

Tri par cartes | Crédit photo : PeepalDesign
Tri par cartes | Crédit photo : PeepalDesign

2) Exhibez vos brouillons

La rétroaction est une autre manière de mieux comprendre les désirs de son client. Pour y parvenir, les adeptes du design thinking aiment notamment avoir recours à des « prototypes ». Ces prototypes n’ont pas besoin d’être élaborés : moins ils le sont, plus ils permettent une certaine latitude pour s’adapter aux commentaires du client.

Pour ce faire, rien de plus simple : affichez les travaux sur lesquels vous travaillez actuellement. Un exemple : vous venez de recevoir la première épreuve du graphiste pour la couverture du rapport corporatif? Affichez-la innocemment sur votre babillard ou sur vos murs. En une journée, je parie que vous recevrez une rétroaction extrêmement riche et diversifiée.

Un mur de prototypes | Crédit : Anne-Marie Beauregard

Mon mur de prototypes! | Crédit photo : Anne-Marie Beauregard

Bref, le design thinking permet de comprendre des besoins très actuels et d’innover pour y répondre. Si vous souhaitez en savoir davantage sur le procédé, je vous invite à consulter le blogue de Tim Brown, un adepte qui a axé sa firme de consultation (Ideo) sur le design thinking.

Et vous? Comment faites-vous pour jongler entre créativité et fonctionnalité?