Au-delà de l’équipe

Posted on mars 17, 2014 par

2


La formation d’une équipe en gestion de projet est une étape remplie d’ambigüités, d’incertitudes et d’inquiétudes. Pourtant, elle est souvent occultée bien que dans la majorité des cas, les individus qui ont à collaborer se connaissent à peine et parfois même, pas du tout.

Tout communique

La réussite d’un groupe est en partie dépendante de la synergie qui y est développée. Que ce soit par les mots, les expressions faciales ou même le silence, on communique. Tout est sujet à interprétation par nos collègues. Les gestionnaires devraient encourager les employés à débuter leur collaboration par des exercices de communication. Prendre connaissance de l’expérience de chacun, de la raison qui motive leur participation au projet est un bon début. Les membres apportent également dans leur bagage leur personnalité parfois très colorée.

Un bagage à partager

Se compléter professionnellement ne suffit pas à saisir comment travailler efficacement avec autrui. C’est pour cette raison qu’il existe des outils comme le test Myers-Briggs qui favorise une meilleure compréhension de nos agissements. On peut ainsi façonner nos communications afin de mieux se faire comprendre et nos interlocuteurs peuvent évaluer la meilleure avenue pour nous aborder.  On évite les problèmes d’interprétation qui peuvent être source de conflit.

Le MBTI : établir nos préférences

Le MBTI (Myers-Briggs Type Indicator) a été mis sur pied par Isabel Briggs Myers et Katherine Cook Briggs qui se sont inspiré de la théorie du psychiatre Carl Gustav Jung selon laquelle notre comportement serait le résultat de la manière dont on préfère exercer notre jugement et notre percetion.[i] Il ne s’agit pas d’un test de personnalité à prendre au pied de la lettre.  L’objectif est de déterminer nos préférences sur quatre axes (consulter le tableau), 16 profils en ressortent.

  1. Orientation de l’énergie
  2. Recueil d’information
  3. Prise de décision
  4. Mode d’action

Les_4_dimensions_du_MBTI[ii]

Unique en son genre

Ce qui est intéressant avec cet outil, c’est qu’un même profil diffère d’une personne à l’autre. Le test nous fournit non seulement une lettre sur une possibilité de 2 pour chacun des 4 axes, mais ces lettres sont aussi dosées.  Deux personnes pourraient obtenir la lettre E pour extraverti; l’une à l’extrême et l’autre moins avérée parce que balancé par une proportion d’introversion. C’est un exercice qui se colle bien à la réalité. On a tendance à prendre des décisions se collant à nos préférences mais les écarts sont possibles puisque la qualité d’une préférence est de ne pas être figé. La version complète du test est payante, mais il existe des versions épurées gratuites. Bien qu’incomplète et ne détaillant pas la proportion de chacune de vos préférences, elles donnent un très bon indicateur.

J’en ai fait l’expérience à 2 reprises. D’abord dans un cadre scolaire, puis au travail en raison d’un changement organisationnel qui affectait nos opérations quotidiennes. J’ai obtenu le profil ENFJ qui s’est révélé très juste dans les détails. Je crois que les organisations, particulièrement celles qui œuvrent par projet, gagneraient à promouvoir l’usage du MBTI. Détenir une variété de connaissances et de compétences pertinentes au projet est un atout pour le travail d’équipe, mais n’est pas gage de succès.

16 profil description[iii]

Test gratuit (anglais) : http://www.humanmetrics.com/cgi-win/JTypes2.asp


[i] The Myers & Briggs Foundation, «MBTI Basics», [En ligne], http://www.myersbriggs.org/my-mbti-personality-type/mbti-basics/, (Page consultée le 3 mars 2014)

[ii] Wikipédia. «Myers Briggs Type Indicator», [En ligne], http://fr.wikipedia.org/wiki/Myers_Briggs_Type_Indicator, (Page consultée le 3 mars 2014)

[iii] Tung Wah College. «MBTI & Career», [En ligne], http://www.twc.edu.hk/coop-enewsletter/career-development/mbti-career, (Page consultée le 3 mars 2014)