Comment intéresser les médias à nos projets ?

Posted on avril 11, 2012 par

1


Depuis bientôt 5 ans, je me spécialise en relations médias pour divers projets. Ce travail peut être fait de bien des façons. Il peut être vu et fait comme un simple rôle de relayeur ou encore il peut être considéré et exécuté à la manière d’un fin stratège. Je priorise le cas numéro 2. Enfin, j’y aspire!

Comme tout projet en communication, la diffusion auprès des médias comporte son lot de défis. Le simple envoi de communiqué de presse a souvent l’effet d’une bouteille à la mer dans le vaste monde des médias. À moins d’une nouvelle fort croustillante qui se vend d’elle-même en raison de sa forte odeur de scandale, il faut savoir user d’une stratégie et modifier le message selon les journalistes et les influenceurs que nous approchons. Il faut aussi inscrire notre événement ou notre projet dans une temporalité précise. Le calendrier et la charte de Gantt peuvent être ici fort efficaces.

La première étape à suivre est de créer des listes pertinentes et exhaustives de médias qui peuvent s’intéresser à ce que l’on propose. Des services comme le Datablitz, qui répertorient les journalistes, les émissions de radio, de télévision, les magazines, les webzines, les journaux, alléluia, existent. Il faut aussi s’assurer en amont de lire, de s’informer, d’écouter et de connaître les médias et les journalistes pour être relationniste (mais ça, c’est la base, il me semble).

Pour avoir travaillé en agence, je sais que plusieurs relationnistes diffusent leur nouvelle par courriel à 2000-3000 médias en attachant le communiqué de presse ou l’avis aux médias en pièce-jointe. L’information se rend certainement à bon port, mais est rarement lue. Voire presque jamais. À moins encore une fois que la nouvelle soit IN-CON-TOUR-NA-BLE.

Selon moi, pour assurer une diffusion efficace, il faut prendre le temps de connaître les journalistes, de saisir leurs intérêts, de comprendre leurs intentions. Par exemple, un projet dans le domaine de l’architecture intéressera un journaliste aux affaires pour ses retombées économiques, un journaliste en environnement pour ses notions de développement durable, un magazine de décoration pour la qualité de son design. C’est à vous de dégager les angles qui pourront les intéresser. Pas à eux.

Il faut être fin psychologue et «connaître son monde», ce qui vient avec le temps bien sûr. Mais, l’essentiel du métier réside dans la curiosité. Il faut s’intéresser à tout et être à l’affût de ce qui se passe pour acquérir cette connaissance des médias.

Les journalistes que je rencontre lors des événements et à qui j’écris des messages personnalisés publient assez régulièrement les nouvelles que je leur envoie. Ils aiment se sentir uniques et répondent à ces attentions positivement.

Donc, le meilleur conseil que je vous donnerais pour assurer la diffusion de vos événements et de vos projets par les médias est celui-ci : adaptez vos messages et vos stratégies à chacun et prenez le temps de les définir en amont pour éviter les surprises. Les articles qui en ressortiront seront d’autant plus intéressants.